Ce matin entre le brossage de dents et le lavage du visage

Il lui a déclaré

A travers la porte de la salle de bain Je t’aime

Si tu savais comme mon amour est brûlant comme un gâteau qui sort du four

Moëlleux et appétissant son odeur enivre mon quotidien de saveur sucrée

Velouté ontueuse magique

Dans cet élan poétique

Elle s’est demandé si c’était le jour pour se laver les cheveux

Quel fin patissier ! Dans ses rêves Pancake cheesecake popcake aussi bleucake rougecake

Foudrecake mon amour a faim de contact

Boxe ring quand la peau est fleur ring mes ongles ring mon ventre

 mes cris hurlent l’envie du rien arrachée au ciel clair

Rougecake et gonfle- toi ! T’es parti Bleucake ?

J’te claque amoureux torride j’te montre les dents

Quand les bretelles s’écartent Cheesecake à la dure

L’acidulé prend l’dessus, le sucre glace susurre arrête, tu me prends trop fort

J’ai mal là où ça troue, là où ça perfore

Bluecake du ciel agrippe les feuilles d’mon dos bien lisse ; s’y reprend à deux fois avant qu’je réagisse, c’est que j’ai pas vu que le rouge cake m’appelle, ses yeux tulipe me disent fais gaffe, si tu acceptes t’aura plus de vie, pas d’quoi en faire toute une boulangerie mais quand même protège ton vase sacré, ça arrive vite un mini cake, tout chaud sorti lui aussi,

Bluecake t’énerve pas comme ça !

J’me lave les cheveux et on en r’parle

Manquerais plus qu’ça, un mini cake en poussette

C’est pas pour ça que j’aime les gâteaux

©Lalinéa