Ondine bleue

25 janvier 2017

CAKE

Ce matin entre le brossage de dents et le lavage du visage Il lui a déclaré A travers la porte de la salle de bain Je t’aime Si tu savais comme mon amour est brûlant comme un gâteau qui sort du four Moëlleux et appétissant son odeur enivre mon quotidien de saveur sucrée Velouté ontueuse magique Dans cet élan poétique Elle s’est demandé si c’était le jour pour se laver les cheveux Quel fin patissier ! Dans ses rêves Pancake cheesecake popcake aussi bleucake rougecake Foudrecake mon amour a faim de contact Boxe ring... [Lire la suite]
Posté par lalinea recoura à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 janvier 2017

Camélidés dans la neige

L’étreinte blanche Habitude des sens La voix nue animal brun L’hiver assiégé sable vêtu Horizon déserté Commissures glacées L’heure se tait   camélidés attachés La différence se voit   Idées qui tournoient traces prisonnières au monde du visible   Pause des sons La vue entend Ce qui a disparu Lalinéa janvier2017
Posté par lalinea recoura à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2017

COUPS DE TALONS

    Rythmique effrénée, barre de fer cosmopolite, Les chiens attachés au lampadaire aboient. Toute la nuit l'appel à l'aide, Hurlements de loup qui annoncent l'évènement. Le stade et la rampe désertes, quelques traces de skates et baskets traînent déci-delà. Dans une cuisine le travailleur ne dort pas. Il vient de rentrer, allume la télé, grignote un reste de croque-monsieur froid et fripé : Le jambon sec colle au fromage anciennement fondu, ça fait des boules pâteuses sur le palais. C'est dégueulasse. Mais... [Lire la suite]
Posté par lalinea recoura à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2017

VILLE

  La tempête S’achemine entière Emporte tout sur son passage Les regards les doutes la honte Aucune prise Le souffle court Elle traverse aveugle Noire et rapide Ses pas comme des soubresauts Retombe au sol Claque au bruit des talons Le tunnel Le quai L’abri Le train qui attend © Lalinéa 2017
Posté par lalinea recoura à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 janvier 2017

DOUZE MOIS

Douze mois  janvier   les collants mouillés les phares de voiture le sol glissant la pluie cinglante la nuit s'habille enfile son bonnet de tempête il n'est pourtant que 17h pendant qu'une fille pédale sur son vélo elle a hâte de rentrer au chaud      février le bleu colore le ciel les montagnes tendent les bras vers le jour les oiseaux picoreront la gorge de ce jour de neige qui excite les enfants   mars baisse de lumière les phares s’allument vite il lui faut partir ... [Lire la suite]
Posté par lalinea recoura à 14:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2017

Mon grand-père

Mon grand-père, je ne crois pas qu’il aurait aimé avoir le super pouvoir de renaître de ses cendres. Sans attendre 2017, il a décidé de partir. Il en avait assez de vieillir de ne plus voir la mer que dans son souvenir alors qu’elle était à quelques kilomètres de la fenêtre de sa chambre d’hôpital. La mer, son iode, ses vagues, sa fraîcheur, ses tourments, ses tempêtes, il l’aimait plus que de raison. Défiant ses vagues sur sa planche à voile, scrutant sa robe flottante à la recherche de ses mystères aquatiques, de ses... [Lire la suite]
Posté par lalinea recoura à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2017

Le jardin

  Je suis dans ce jardin Sans fleurs sans légumes sans fruits Sans caravane sous l’auvent   Je vois la brume et le soleil timide Quelques feuilles sèchent et humides à terre Les arbres sont nus lancent leurs branches vers le ciel Ce jardin a connu de multiples transformations Image d’une vie sédentaire à construire un nid Image d’un corps à l’image de son habitant de ses habitants Image d’un certain confort Image d’un attachement solitaire aux saisons Le jardin aux métamorphoses de la peau Gorgé de soleil,... [Lire la suite]
Posté par lalinea recoura à 20:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mai 2016

R

j'aime les voix sur ta peau comme j'aime les yeux de tes mots j'aime le feu de tes ombres comme j'aime voir tes vides fondre j'aime rire un peu chaque jour ... comme j'aime crier sans détours j'aime planter toutes les graines de la vie et arracher les racines d'une terre endormie on tire on tire et enfin les voilà sinueuses et fières Nutritives elles ne peuvent pas trop rester à l'air Tutrices de nos amours et de nos voyages je les replante chaque jour loin des courants d'air L'ancrage au sol me permet un vrai pélerinage quand je... [Lire la suite]
Posté par lalinea recoura à 18:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 mai 2016

Détachement

On ne sait pas pourquoi Tant de clochers trompeurs Trop d’amateur ou plus assez Des mains expertes sans lois Aux doigts bricoleurs d’émois Une espèce de géante soupe aux vermicelles Tous pareil, à point, bien cuit, saignant, al-dente Baignant dans le même bouillon Du fond de l’inutile je m’en vais ce soir Les lacets en dérive et la chemise ouverte Une petite laine en cas de froid   Je m’en vais ce soir, sans rien faire Croiser mes bras, me tourner les pouces Bailler aux corneilles, compter les nuages et Les... [Lire la suite]
Posté par lalinea recoura à 18:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 février 2016

Fenêtre

Fenêtre, le ciel et le mouvement des feuilles Fenêtre, les enfants jouent, se bagarrent Fenêtre, une goutte d’eau au repos Fenêtre, honte de la guerre Fenêtre, souffle de la lumière Fenêtre, ventre de nouveaux horizons Fenêtre, danse de la vie sur les balcons Fenêtre, pardon du linge qui sèche Fenêtre, des voies ferrées comme illusions Fenêtre, calculs savants de nos grands-mères Fenêtre, lignes des multiples sens des ombres Fenêtre, téléphone dans des mains passagères Fenêtres, chaise solitaire en plein hiver Fenêtre,... [Lire la suite]
Posté par lalinea recoura à 19:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]